Eau potable pour vos élevages bovins

Comment le système Hgbiofer retire-t-il le fer de l’eau ?

Notre système utilise les éléments naturels présents dans les forages pour oxyder le fer.

Notre concept permet de développer naturellement et de façon importante la prolifération des Ferro bactéries pour oxyder le fer.

Les ferrobactéries

La plupart des ferrobactéries sont autotrophes, c’est-à-dire qu’elles utilisent le gaz carbonique CO2 ou les bicarbonates (HCO3-) de l’eau, comme source de carbone.

Il existe trois groupes principaux de ferrobactéries :

Les bactéries filamenteuses (engainées) facilement reconnaissables à l’examen microscopique, comme par exemple, « Leptothrix », ce genre est aérobie, hétérotrophe (c’est-à-dire qui utilise le carbone organique).

Les bactéries pédonculées avec un seul genre « Gallionella ». C’est une bactérie aérobie, autotrophe, qui développe à partir d’une pellicule de terrain (grain de sable) de longs pédoncules filamenteux, torsadés du fait de la rotation permanente de la bactérie sur elle-même.

Les bactéries vraies ou eubactériales (coques, bâtonnets, vibrions, etc. .).

Les bactéries du fer (et du manganèse) sont très répandues dans la nature, non seulement dans les eaux souterraines, les puits, les stations de traitement d’eau, les tuyauterie d’eau brute ou d’eau traitée, mais également dans les sources, les étangs, sur les sédiments des lacs, etc. …

L’ensemencement naturel des installations de traitement pose donc, en général, et surtout dans le cas du fer, peu de problèmes.

Leurs conditions de croissance sont essentiellement :

  • la température
  • le PH, l’oxygène dissous, le potentiel Redox
  • le Rh (il s’agit d’une fonction combinée du pH et du potentiel Redox)
  • la concentration en fer et en manganèse
  • la salinité
  • la teneur en matière organique.

Les risques de limitation des bactéries du fer seront très rares dans les eaux naturelles. La seule condition impérative est de les placer dans des conditions de pH et de potentiel redox (c’est-à-dire de Rh) correspondant à leur domaine d’activité.

Modes d’action des bactéries du fer.

La déferrisation biologique, dans son principe, ne diffère pas fondamentalement des procédés d’oxydation (à l’air) et de filtration.

Il s’agit d’un phénomène de nature catalytique, qui induit une oxydation du fer permettant de combiner les phases d’oxydation et de filtration dans un seul appareil, même si le pH est inférieur à 7.

Procédé biologique :

Ce système comportera simplement un filtre avec une charge très spécifique :

– un procédé d’oxygénation.
– lavage du filtre biologique.

Remarques :

Compacticité des installations biologiques, possibilité de traiter des grands volumes.

Filtre 450 litres

Filtre de haute capacité de filtration, permet de déférriser des eaux très chargées en fer (10mg). Pour les taux plus élevés nous pouvons faire une étude sur demande

Filtration partie basse

Permet d’assurer des lavages de qualité, le média filtrant ne peut pas s’échapper du filtre lors du contre lavage

partie basse du déferriseur

Filtration partie haute

Automatisme

Cette vanne de très haute qualité permet de programmer des lavages personnalisés suivant le taux de fer et la consommation d’eau.
 

Eaux avant traitement

Lors du lavage, nous remarquons la couleur de l’eau indiquant une forte présence de fer oxydé et piégé par notre média filtrant.

Après traitement

Après 15 à 20 minutes de recyclage, l’eau sort limpide, prête à être consommée.

puit artésien ou puit de forage
installation d'un déferriseur dans un puit artésien
Déferriseur pour eau de forage
deferriseur-partie-basse eau démanganisation eau de forage